Contenu
Texte
Dans la soirée du 16 août, un de nos journalistes a eu un comportement inapproprié qui a choqué bon nombre de nos confrères ainsi que les personnes présentes sur place. Il faut savoir que les événements se sont produits alors que ce dernier n'était pas en service mais faisait une petite promenade de nuit sur un chemin de campagne, en vérifiant parfois qu'il n'était pas suivi. Alors que son chemin rejoignait la route départementale, le croisement en question s'est soudainement trouvé illuminé comme s'il faisait jour, puis des danseurs de hip-hop ont surgi au son d'une musique du même style, suivi par de nombreux spectateurs venus assister à ce concert improvisé. Notre collaborateur a alors cru bon d'endosser son habit de journaliste afin de réaliser un reportage sur ce spectacle musical. Il s'est alors empressé de se glisser parmi les danseurs puis de se déshabiller en se déhanchant au rythme de la musique, tout en lançant des clins d'œil à certaines spectatrices quelque peu gênées. Soyons clairs. Dans la mesure où le "Journal des Infos" se veut un modèle d'impartialité, de neutralité et d'objectivité, et dans la mesure où un vêtement n'est jamais neutre, nous exigeons désormais de nos journalistes qu'ils exercent leur métier intégralement nus. Nous pensons d'ailleurs être seulement un peu en avance sur notre temps et sommes persuadés que la nudité intégrale sera inscrite comme un impératif dans les prochaines chartes internationales du journalisme. Cependant, il est bien évident que cette nudité n'est pas sensé présenter le moindre caractère érotique ou provocant, ce qui serait en totale contradiction avec le principe de neutralité qui la justifie. En se glissant parmi les danseurs et en se dénudant lascivement, notre journaliste a commis une faute grave pour laquelle toute la rédaction tient à s'excuser. Inutile de dire qu'il sera très sévèrement sanctionné. Moins grave, un autre de nos journalistes a également commis une faute en poussant la nudité jusqu'à ne pas porter de masque durant l'un de ses reportages. Nous tenons donc à rappeler à tous nos journalistes, même si cela tombe sous le sens, que l'exigence de nudité ne dispense en rien de respecter les directives gouvernementales visant à stopper la progression du coronavirus. Ce même journaliste a également fauté en faisant une remarque ironique sur sa propre nudité à l'une des personnes qu'il interrogeait, comme en témoigne son reportage que nous reproduisons ci-dessous.
-----------
Texte
Fin de matinée. Je sors de chez moi pour faire un reportage. A peine sortie de mon immeuble, je me trouve face à une dizaine de jeunes hommes qui, bien évidemment, s'esclaffent en me voyant nu. J'essaie, malgré tout, de les interroger. Mais impossible d'obtenir d'eux autre chose que des inepties et des gloussements. Je voudrais transformer leurs têtes en saucisses. Mais j'en suis bien incapable, et de toute façon, je me souviens que je suis là pour enquêter sur la réalité et non pas pour la changer. Et puis, ils ne sont pas bien méchants, simplement ignorants des nouvelles méthodes de journalisme. Je remarque par contre qu'aucun d'eux ne porte de masque !
Texte
Je me rends devant le lycée le plus proche afin de pousser plus loin mon investigation sur les rapports des jeunes à l'épidémie. Un certain nombre de lycéens sortent du bâtiment à ce moment précis. Je n'en vois pas un seul qui porte de masque ! J'essaie d'en interviewer quelques uns. La plupart passent leur chemin sans même me voir. Je finis par rencontrer une quinzaine de jeunes gens bruyants et joyeux, sans masque, qui se regroupent autour de moi. Je tends le micro à un jeune homme en lui demandant pourquoi il ne porte pas de masque. Mais avant qu'il ne me réponde, l'honnêteté m'oblige à faire remarquer :
- Bon... c'est vrai que moi, c'est pas mieux.... Je porte même pas de slip...
Mais il semble n'en avoir que faire, comme s'il ne l'avait même pas remarqué et sans se laisser distraire, essaie de me répondre sérieusement. C'est à cet instant précis que je réalise que non seulement, je ne porte pas de slip, mais que je ne porte pas de masque non plus car je l'ai oublié chez moi.
Image
Notre journaliste interroge des lycéens sur leurs rapports à l'épidémie
Texte
Pas grave. Je me rends dans le métro. Dans la rame que j'emprunte, deux jeunes femmes sont assises sur une des banquettes latérales, elles aussi sans masque. J'interroge la plus proche:
- Pourquoi vous ne portez pas de masque ?
- Parce qu'on n'en a rien à foutre...
- Rien à foutre d'être malade ?
- Oui, rien à foutre..
- Rien à foutre de rendre les autres malades ?
Je m'attends à ce qu'elle me répondre encore "oui, rien à foutre" afin de lui demander "rien à foutre de rendre vos parents, vos grands-parents malades ?".
Mais elle me répond plutôt:
- Écoutez... Moi, je travaille à l'hôpital... Et je peux vous dire que nous sommes équipés pour soigner les gens...
Une réponse bien optimiste que la prudence nous obligera à prendre avec beaucoup de pincettes.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.