Contenu
Les parisiens quittent massivement la capitale. Cette phrase, vous avez probablement le sentiment de ne pas la lire pour la première fois. Il est même probable que l'ayez lu ou que vous ayez lu une phrase similaire avant chaque confinement. Mais aujourd'hui, elle est tout aussi vraie alors que nous sommes en plein confinement. Cet exode est donc de nature bien différente des précédents. Si ceux-ci avaient pour but d'éviter le confinement tant qu'il était légalement possible de le faire, celui-là est le produit parfaitement illégal d'une exaspération liée à ce confinement. Tous les moyens de transport sont bons. Quelques uns vont prendre le train et espèrent éviter les contrôles ou les tromper avec de fausses attestations et de faux documents les corroborant. Certains prennent leur voiture, d'autres leurs deux-roues. Certains partent à pied et espèrent pouvoir faire de l'auto-stop. Mais pour aller où ? "N'importe où ! Mais il faut quitter Paris qui devient une ville de fous ! Vous devriez en faire autant ! Si les fous ne vous font rien, c'est vous-même qui allez devenir fou !" nous répond une personne venant de passer le périphérique avec des bagages en main. Mais quelle est donc cette fameuse folie qui a touché Paris et qui fait que les parisiens préfèrent prendre le risque de payer une lourde amende plutôt que de rester chez eux ? Nous interrogeons les fuyards qui nous livrent différentes raisons:
- A côté de chez moi, y a des mabouls habillés en chasseurs qui s'amusent à tirer avec des fusils pour le plaisir ! C'est pas une bonne raison de s'enfuir ?!
- Paris est devenue dégueulasse ! Regardez : y'a pleins de mégots longs comme mon index sur le sol et personne pour nettoyer !
- On n'en peut plus de faire la queue pendant quatre heures chaque semaine pour le dépistage obligatoire !
- Moi, j'étais venu à Paris pour le boulot. Mais y a plus de boulot maintenant vu que mon entreprise s'est comme volatilisée. Je me souviens même plus de son nom et de ce que j'y faisais. Je les ai oublié mais eux aussi m'ont oublié, visiblement.
- On s'emmerde royalement. Y a plus rien à voir à la télé. Les seuls chaînes qu'on peut capter sont des télés associatives qui sont désertées par leurs membres.
- Nos enfants vivent très mal ce confinement. Ils en viennent même à avoir des comportements très gênants.
- J'ai plus aucun contact avec mes amis et ma famille vu que j'ai bousillé mon téléphone et mon ordi à force de les nettoyer avec de l'alcool.
Tout cela ne répond pas à notre question initiale : pour aller où ? Si la plupart partent en province, d'autres vont à l'étranger. Quelques uns sont indécis et n'ont qu'une vague idée de leur destination. Comme ce couple qui ne savait même pas où aller avant que nous les interrogions.
- Je sais pas où on va... Tout ce que je sais, c'est qu'il faut s'éloigner de Paris, nous dit l'homme d'une trentaine d'années.
- Pourquoi pas à Londres ? suggère en souriant sa compagne.
- Pourquoi pas... De toute façon, Paris, c'est fini... C'est triste, mais c'est comme ça... Maintenant, en route vers de nouvelles aventures !

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.